lundi 11 novembre 2013

EXTRAVAGANZA / LE CORPS MIS EN SCÈNE (Exposition de photographies)



VERNISSAGE : VENDREDI 29 NOVEMBRE 2013 À 19H, en présence des photographes.
-------------------------- 

PHOTOGRAPHES : Anoush ABRAR & Aimée HOVING, Cécile HESSE & Gaël ROMIER, Zoé JOBIN, Alban KAKULYA, Laura KELLER, Brigitte LUSTENBERGER, Loan NGUYEN, Nicolas RIGHETTI, Thomas ROUSSET, Fabian UNTERNÄHRER
--------------------------
Exposition : du 29 NOVEMBRE 2013 au 29 MARS 2014
THEÂTRE DU CROCHETAN : Rue du Théâtre 6 - 1870 Monthey, Suisse.
Tél. : +41 (0)24 475 79 11
HORAIRES : lundi-vendredi, 9h - 12h, 14h - 18h
+ les soirs de spectacles 14h - 23h/minuit Exposition sur le site du Crochetan


--------------------------
Commissariat : Julia Hountou / Ariane Pollet
Exposition en collaboration avec NEAR +++ association suisse pour la photographie contemporaine www.near.li

Une publication (78 pages) est éditée à cette occasion.


//////////////////////////////////////////////////
Extravaganza - Le corps mis en scène dans la photographie contemporaine
La photographie partage de nombreuses similitudes avec le théâtre, qu’il s’agisse de mise en scène, de création de personnages et de décors ou de l’envie de raconter des histoires. La dimension théâtrale se retrouve dans les divers champs de cette discipline et touche indistinctement les productions des beaux-arts, de la mode et du documentaire.

Extravaganza, en référence à la parodie et au spectacle fantasque, réunit des photographes qui inventent des mondes et dépeignent des univers insolites. La vie quotidienne y est théâtralisée, le geste dramatisé et le corps mis en scène afin de rythmer le récit. En élaborant leurs images selon divers degrés - représentation ou recréation - ces artistes donnent à voir comme au théâtre le lien indéfectible qui unit le réel et l’imaginaire.

Dans un environnement conditionné par les enjeux sociaux, chaque relation s’inscrit dans un vaste jeu symbolique au point de se muer parfois en véritable scénographie. L’image photographique capte ces interactions, les met à distance par le biais de l’objectif et invite à en sourire. Comme dans l’art théâtral, la photographie joue avec le spectateur pour faire face aux mystères et aux incertitudes. Le cliché ainsi agencé ajoute une inquiétude au plaisir esthétique en incitant à s’interroger : Est-ce vrai ou est-ce faux ? Est-ce capté sur le vif ou subtilement construit ? En d’autres termes, il porte à un questionnement essentiel : où se situent le réel, les faux-semblants ou encore l’espace des possibles ?
Julia Hountou et Ariane Pollet

Extravaganza - The staged body in contemporary photography
There are many similarities between photography and theatre, in aspects ranging from staging, creating characters and sets to a delight in storytelling. This theatrical dimension can be found across the discipline's various fields and affects fine art, fashion and documentary images alike.

Extravaganza alludes to parody and whimsical spectacle, and brings together photographs that create worlds and portray bizarre universes. Everyday life becomes theatre here, gestures are dramatised and bodies staged to give rhythm to the narrative. In the varying degrees to which they prepare their images – representation or recreation – these artists, like the theatre, reveal the fact that reality and imagination are inextricably linked.

In an environment conditioned by social challenges, each relationship forms part of a vast symbolic game, sometimes to the point of becoming an actual performance environment. The photographic image captures these interactions, uses a lens to set them at a distance and invites us to smile at them. Like the theatrical arts, photography plays with its viewers, confronting them with mysteries and uncertainties. The image arranged in this way adds an element of anxiety to aesthetic pleasure by encouraging us to question it: is this real or fake? Was it taken from life or subtly constructed? To put it another way, it prompts us to ask a vital question: where is reality, pretence or even the realm of possibility?
Julia Hountou and Ariane Pollet

Partenaires / Partners
Extravaganza a été réalisée avec le soutien de : la Collection de la BCV, Lausanne ; Femina ; la galerie Laleh June, Bâle ; NEAR, Lausanne ; PhotoRotation, Genève ; le Théâtre du Crochetan, Monthey. Le catalogue a été publié grâce au soutien de : la Fondation de Famille Sandoz, Lausanne ; la Loterie Romande, Valais ; le Service de la culture du Canton du Valais, Sion ; le Service culturel de la Ville de Monthey.

Catalogue de l'exposition : 78 pages.
Textes et commissariat : Julia Hountou et Ariane Pollet
Traduction : anglais / allemand
Graphisme : Anouk Andenmatten.
Prix : CHF 15.-

En vente au Théâtre du Crochetan, Monthey et sur demande (MP)



"Le corps mis en scène", Le Nouvelliste, samedi 8 - dimanche 9 mars 2014, n° 56, p. 17
 


Article sur l'exposition "Extravaganza", dans le Fémina, 8 décembre 2013

Article sur l'exposition "Extravaganza", dans le Fémina, 8 décembre 2013

vendredi 6 septembre 2013

VUES / BLICK - Michel Bonvin - Photographies 2008 - 2013


DU 14 SEPTEMBRE AU 22 NOVEMBRE 2013
VERNISSAGE : SAMEDI 14
SEPTEMBRE, A 17h00, 
EN PRESENCE DU PHOTOGRAPHE
--------------------------
THEÂTRE DU CROCHETAN : Rue du Théâtre 6 - 1870 Monthey, Suisse.
Tél. : +41 (0)24 475 79 11
HORAIRES : lundi-vendredi, 9h - 12h, 14h - 18h
+ les soirs de spectacles 14h - 23h/minuit 
Exposition au Crochetan

A cette occasion :
- Présentation de la monographie consacrée au photographe (Textes de Silvio Do Nascimento et Julia Hountou)
- Projection du documentaire d’Alexandre Bugnon (26 min.) : "Ich bin ein Walliser - De l'art d'être un artiste valaisan à Ber
lin" avec Michel Bonvin & Léonard Bertolet.

+ 19h30, BAL LITTERAIRE, sur l'esplanade du Théâtre du Crochetan
Entrée libre. Règles du jeu ici.

+ 21h30 AU FOYER DU CROCHETAN : CONCERT STRACCIA MUTANDE Feat. David Doyon and guests. Rock, jazz obsessionnel :
David Doyon : guitare
John Menoud : guitare, saxophone alto, électronique
Laurent Waeber : saxophone alto et baryton
Louis Schild : basse, voix
Francesco Miccolis : batterie
Bernard Schlaepfli : textes
et autre invité

+ 23h DJs Cotechino e Zampone : Set obscur de musique à travers le monde des 20's à nos jours !


© Michel Bonvin, Gleisdreieck, Berlin, 2012

 
Né en 1978 à Sion, Michel Bonvin vit et travaille entre l'Allemagne et la Suisse. L'exposition présentée ici porte sur l'ensemble de ses préoccupations artistiques : son travail personnel sur le paysage, sur l'architecture, ses travaux de commande en collaboration avec des designers, des architectes et, une sélection d'images de son quotidien Am Sonntag (Le dimanche). La scénographie est conçue tel un itinéraire autobiographique réunissant les différentes facettes de ce photographe valaisan, bénéficiaire d’une résidence à Berlin en 2009.

A travers un mélange des codes (travaux personnels et commandes) alternant sans cesse photographies construites et scènes saisies sur le vif, Michel Bonvin nous entraîne dans le quotidien berlinois et valaisan, en se jouant parfois des clichés culturels et identitaires. Le visiteur est balloté entre les mœurs valaisannes (convivialité, tradition vinicole...) et la culture berlinoise (mode, vie nocturne...).

À l'ère de la multiplication et du développement massif des moyens de transport tendant à annihiler la distance et le temps qui séparent les lieux, le photographe interroge également la notion de mobilité à travers des univers, des contextes et des atmosphères photographiques distincts. Au fil de la visite, les images s'enchaînent : à l’arbre solitaire au pied du Piton des neiges sur l'île de la Réunion, succèdent d'énigmatiques architectures sonores situées sur la côte sud de l'Angleterre ou de somptueux paysages helvétiques et germaniques... Par ces associations visuelles fécondes, Michel Bonvin joue sur la perte de repères et brouille les pistes : le monde se lit à travers une multitude de points de vue, d'un extrême à l'autre mais toujours avec le même regard, rigoureux et obsessionnel.

Comme pour souligner cette pluralité, le titre de l’exposition Vues / Blick[1] joue sur deux types d’observations distinctes, l’une contemplative et l’autre plus spontanée. Si cette traduction - délibérément décalée - suggère deux approches photographiques différentes et un jeu sur des registres d’images très variés, elle induit également l’usage alterné des deux langues (français / allemand) et la variation des deux cultures avec lesquelles Michel Bonvin compose à sa guise.

Ses photographies constituent ainsi le reflet de notre société profondément plurielle. Elles mettent en tension plusieurs territoires et nous incitent à réfléchir aux différentes pratiques, valeurs, esthétiques et sensibilités. Posant la question du rapport à autrui, du particulier et de l'universel, cette approche métissée nous convie à questionner notre propre construction culturelle, dans notre singularité et notre relation au monde.

Extrait du texte de Julia Hountou, curatrice


[1] Augenblick : jeter un regard, un coup d’œil.

© Michel Bonvin, Lac de Géronde, 2011



mercredi 1 mai 2013

FRANCOIS SCHAER / TOREROS MAYA / EXPOSITION / PHOTOS


DU 08 MAI AU 05 JUILLET 2013
VERNISSAGE : MERCREDI 08 MAI, A 18h30, 
EN PRESENCE DE FRANCOIS SCHAER
BUFFET !
Et à 20h30 : FLAMENCO "Del primer paso" de Rosario Toledo
--------------------------
THEÂTRE DU CROCHETAN : Rue du Théâtre 6 - 1870 Monthey, Suisse.
Tél. : +41 (0)24 475 79 11
HORAIRES : lundi-vendredi, 9h - 12h, 14h - 18h
+ les soirs de spectacles 14h - 23h/minuit 
© François Schaer, Toreros Maya, 2006

Toreros Maya a été réalisé en 2006 dans la province du Yucatan, Mexique. Les protagonistes de mon histoire sont les toreros, leur théâtre la corrida. Je n’avais eu que très peu de contact avec le monde taurin, ayant assisté tout au plus il y a longtemps à une corrida lors d’un séjour en Espagne et gardé le souvenir de quelques photographies de Meyer et de Muñoz.
Dans le Yucatan, j’ai tout de suite été attiré par la poésie de la corrida de pueblo, par ses textures brutes ainsi que par la théâtralité de son déroulement. J’ai décidé de photographier les coulisses de cette tradition, l’attente, la préparation des toreros, les moments-clé précédant l’entrée du taureau, sans rien dévoiler au spectateur de ce qui se joue à l’intérieur de ces arènes éphémères.
Les images de l’habillage du torero, apparentées au monde de la danse, dialoguent avec celles dévoilant sa vulnérabilité, ses blessures; portraits posés laissant libre cours à sa fierté ou encore jeux de miroirs, reflets, morceaux de ciel, autant de petites touches impressionnistes nécessaire à restituer la magie de ces lieux. Au fil des semaines et des rencontres, je me suis mis à aimer et à respecter ces toreros mayas, leurs habits de lumière troués et leurs capes fatiguées. »  
François Schaer 


Commissariat : Julia Hountou

Ateliers autour de l'exposition "François Schaer - Toreros Maya"
____________________________

Au SWISS PRESS PHOTO 2013, François SCHAER a obtenu deux distinctions : la 2ème place catégorie "Vie quotidienne et environnement" et la 3ème place catégorie "Sport" : plus d'infos.



Le mercredi 08 mai, à 20h30, au THEÂTRE DU CROCHETAN : FLAMENCO "DEL PRIMER PASO" DE ROSARIO TOLEDO.
RESERVATIONS : 024 471 62 67. Plus d'infos.




J-F. Albelda, "La corrida à la façon des Mayas", Le Nouvelliste, n° 126, mardi 04 juin 2013, p. 17

lundi 15 avril 2013

L'EPAC S'EXPOSE

L'EPAC s'expose, Manoir de la Ville de Martigny, Valais, Suisse
Du 13 avril au 19 mai 2013
Vernissage : vendredi 12 avril à 18h
Commissaires : Julia Hountou & Anne Jean-Richard Largey



© Julien Schmidt

« Du 13 avril au 19 mai 2013, le Manoir de la Ville de Martigny (Suisse) accueille une sélection de travaux des étudiants de l'Ecole Professionnelle des Arts Contemporains EPAC, l'un des premiers instituts de formation à la Bande Dessinée et au Game art en Suisse.

Saluons la volonté de l'école - une des références dans l'enseignement de l'image narrative en Suisse - d'ouvrir de nouvelles voies de formation ; récemment, le diplôme de Game art a été créé. La force de l'école tient aussi aux relations étroites qu'elle entretient avec les professionnels du monde de l'art : galeristes, directeurs de festival de BD, éditeurs... Solidement ancrée dans son environnement local, elle développe par ailleurs un programme ambitieux à l'international et contribue ainsi de manière créative à la renommée du Valais.

© Alain Bardet

Par le biais de planches de bandes dessinées, d'illustrations, de peintures, de graphisme, de gravures, de photographies, de Game art et de films d'animation, cette exposition collective offre l'occasion de pénétrer dans l'univers respectif des étudiants issus des différentes filières enseignées, au savoir-faire desquels elle rend hommage. La scénographie, spécifiquement conçue pour l'événement, permet aux visiteurs de parcourir ces mondes fantastiques et singuliers et reflète la philosophie de l'institution qui privilégie liberté et créativité. En effet, chacune des sections qui s'enchaînent révèle des genres et des styles tout à fait variés.
 
© Kevin Peclet
 

Faute de pouvoir dévoiler l'intégralité des travaux, nous avons sélectionné les œuvres les plus représentatives de chaque étudiant ou ex-étudiant afin de souligner la maîtrise artistique et technique de chacun. Nous souhaitons ainsi mettre à l'honneur ces microcosmes insolites, peuplés d'êtres poétiques, cocasses, étranges, parfois inquiétants ou chimériques, qui se développent au sein de leur l'imaginaire.

© David Brühlart

Chaque étape du parcours possède un agencement et une ambiance uniques. Réceptacle du processus créatif, le papier vient habiller les murs du Manoir, en écho à la page blanche du créateur, à la toile vierge des peintres, au papier photosensible où la photographie viendra s'imprimer... Les artistes ont en effet eu la liberté d'intervenir à la peinture, à l'encre, au crayon, au fusain, au pastel... sur les lés de papier mis à leur disposition afin de prolonger les œuvres exposées.

Les bandes dessinées ou dessins noir et blanc sont quant à eux présentés dans les corridors du Manoir en dialogue avec le carrelage bicolore de la bâtisse. Ce sol à damier rappelle lui-même la perspective académique tout en évoquant l'échiquier, miroir du monde, fait d'ombre et de lumière.

Ces images étonnantes mises au service d'histoires à la fois originales et ludiques, sont universellement accessibles. »

Julia Hountou, « Voyage au coeur de l’imaginaire foisonnant de l’EPAC » Extrait du catalogue

© Dexter Maurer

Avec les œuvres de :
Aimé Salamin, Alain Bardet, Benoît Schmid, Cécile Giovannini, Céline Bidlingmeyer, Charlotte Beuret, Christophe Thomas, Clément Di Chirico, David Brülhart, Dexter Maurer, Dimitri Christofis, Elena Rusca, Eligio Membrez, Emile Roduit, Emilie Vuilleumier, Florent Pirard, Florent Roh, Frédéric Millioud, Gautier Rebetez, Joël Schopfer, Johan Nicolussi, Jonathan Brantschen, Jordan Espagne, Julien Schmidt, Julien Simon-Vermot, Kévin Péclet, Loïc Zanfagna, Marie-Cécile Favre, Michaël Terraz, Othmane Loulidi Sââd, Ramiz Morina, Swan Keller, Thomas Nicollin, Ya-Wen Li, Yi-Ju Tsai, Yvo Suagua.





© Li Ya Wen

A l’occasion de l’exposition, un catalogue est édité par le Manoir en collaboration avec l'EPAC, Martigny, 2013, 44 pages.
Textes : Mads Olesen, Patrizia Abderhalden,
Anne Jean-Richard Largey, Julia Hountou
Curatrices : Anne Jean-Richard Largey, Julia Hountou
Scénographie : Marianne Défago assistée de Christophe Baud
Médiatrice : Gaëlle Bianco
Manoir : Pascal Huser, Muriel Gay
Direction de publication : Mads Olesen
Graphisme : Patrice Zeltner, Stephane Siviero, Ya-Wen Li
Catalogue de l'exposition disponible au Manoir au prix de CHF 25.

jeudi 28 mars 2013

EXPOSITION / LIVRES D'ARTISTES / LA COLLECTION "Tiré à part"


Présentation d'une collection éditoriale de prestige consacrée à la photographie

Photographes : Bernard PLOSSU, Marc TRIVIER, Bernard GUILLOT, Nair BENEDICTO

Du 08 mars au 03 mai 2013

THEÂTRE DU CROCHETAN
Rue du Théâtre 6 - 1870 Monthey, Suisse.
Tél. : +41 (0)24 475 79 11
HORAIRES : lundi-vendredi, 9h - 12h, 14h - 18h
+ les soirs de spectacles 14h - 23h/minuit.
ENTREE LIBRE

La chambre noire est un laboratoire photographique qui a pour principale vocation de gérer les projets des photographes auteurs en utilisant les procédés argentique et numérique. Travaillant exclusivement pour le secteur artistique, il collabore depuis près de seize ans avec photographes, galeries et institutions dans le cadre de production de tirages d’exposition et de collection mais aussi de projets de numérisation notamment de supports anciens tels que les plaques de verre.

Son directeur, Guillaume Geneste, porté par son intérêt pour la création photographique et le domaine de l’édition, initie en 2006 le projet d’une collection éditoriale de prestige. Il associe aux premiers volumes de cette collection l’expertise de Pierre Devin, ancien directeur du Centre photographique Nord Pas-de-Calais.

La collection Tiré à Part comprend à ce jour quatre volumes et offre un double intérêt formel. Les ouvrages sont consultables comme un livre, feuille après feuille permettant ainsi une chronologie et une narration de la série. Par ailleurs, le choix assumé de ne pas relier l’ensemble, permet à chaque planche d’exister de façon autonome. Pour reprendre les termes de Guillaume Geneste, les livres d’artistes de la collection Tiré à Part proposent de nouveaux supports susceptibles de véhiculer le sensible et "de communiquer l’émotion et l’intelligence d’une démarche d’auteur".

Les livres d’artistes se présentent sous la forme de coffrets rassemblant l’ensemble des planches photographiques et des textes. Chaque ouvrage est signé de la main de l’auteur et est limité à 90 exemplaires numérotés. Des feuillets de protection sont intercalés entre chaque planche photographique. L’ensemble des planches sont tirées par le laboratoire La chambre noire sur papier archive avec des encres pigmentaires répondant aux impératifs de conservation.

Présenter ces objets précieux dans le cadre d’un espace ouvert au grand public n’était pas sans difficulté. Il nous semblait important de garder visible le statut éditorial de l’objet tout en permettant au visiteur une lecture aisée et confortable de l’ensemble. Nos réflexions ont aussi eté guidées par la nécessité d’assurer une protection optimale des supports. Nous avons donc opté pour une présentation sous cadre des planches composant les livres d’artistes.

L’ensemble des planches y compris les textes, l’index des photographies et la page de crédits présente à la fin de chaque ouvrage sont ici visibles; seule la traduction espagnole du texte du livre consacré à Nair Benedicto fait exception. L’agencement reprend de manière linéaire le "chemin de fer" éditorial de chaque livre et les coffrets sont exposés dans une vitrine. Nous avons réservé l’espace des cimaises au contenu des livres d’artistes et nous présentons les biographies des auteurs sur une signalétique séparée puisque ces dernières ne sont pas présentes dans les ouvrages.

Cette présentation a été conçue et réalisée par le Théâtre du Crochetan et K-Echo photo avec l’aimable autorisation de la chambre noire.

Direction artistique : Julia Hountou, Galerie du Crochetan et Carole Colnat, K-Echo photo


Bernard Plossu, Nord en Scope


Bernard Plossu, Nord en Scope

Bernard Plossu, Nord en Scope


Bernard Plossu, Nord en Scope


Bernard Plossu, Nord en Scope
Livre d’artiste disponible sous format coffret (planches non encadrées)
20 pages dont 15 planches photographiques
© 2007, La chambre noire
Ouvrage limité à 90 exemplaires numérotés et signés par l’auteur.
_____________



Marc Trivier


Marc Trivier


Marc Trivier


Marc Trivier
Marc Trivier
Livre d’artiste disponible sous format coffret (planches non encadrées)
23 pages dont 17 planches photographiques
© 2007, La chambre noire
Ouvrage limité à 90 exemplaires numérotés et signés par l’auteur.
_____________

 
Bernard Guillot, "Chasse en Slovaquie"


Bernard Guillot, "Chasse en Slovaquie"


Bernard Guillot, "Chasse en Slovaquie"


Bernard Guillot, "Chasse en Slovaquie"


Bernard Guillot, "Chasse en Slovaquie"
Livre d’artiste disponible sous format coffret (planches non encadrées)
15 pages dont 12 planches photographiques et 1 reproduction d’un dessin réalisé à la mine de plomb et livret de texte de 16 pages
© 2011, La chambre noire
Ouvrage limité à 90 exemplaires numérotés et signés par l’auteur.
_____________

Nair Benedicto


Nair Benedicto


Nair Benedicto


Nair Benedicto

Nair Benedicto
Livre d’artiste disponible sous format coffret (planches non encadrées)
25 pages dont 18 planches photographiques
© 2007, La chambre noire
Ouvrage limité à 90 exemplaires numérotés et signés par l’auteur.

V. Ribordy, "Des photographes à part", Le Nouvelliste, vendredi 5 avril 2013, p. 16

mercredi 13 février 2013

"Mise au point sur un phénomène qui déferle en Valais. Grand angle sur la photographie"

V. Ribordy, "Mise au point sur un phénomène qui déferle en Valais. Grand angle sur la photographie", Le Nouvelliste, mardi 12 février 2013, p. 15.


samedi 26 janvier 2013

VUES / BLICK

________________________________
Michel Bonvin Photographies 2008-2012
______________________________
__

Exposition : 02 février-10 mars 2013
Vernissage : vendredi 1er février 2013 dès 18h
Galerie de la Grenette : Rue du Grand-Pont 24 - 1950 Sion, Suisse.
Commissariat : Julia Hountou

________________________________
 

"Né en 1978 à Sion, Michel Bonvin vit et travaille actuellement entre l'Allemagne et la Suisse. L'exposition présentée ici porte sur l'ensemble de ses préoccupations artistiques : son travail personnel sur le paysage, sur l'architecture, ses travaux de commande en collaboration avec des designers, des artistes, des graphistes, des architectes et, pour la première fois, une sélection d'images de son quotidien Am Sonntag. La scénographie est conçue tel un itinéraire autobiographique réunissant les différentes facettes de ce photographe valaisan, installé à Berlin depuis 2009.
A travers un mélange des codes (travaux personnels et commandes) alternant photographies construites et scènes saisies sur le vif, Michel Bonvin nous entraîne dans le quotidien berlinois et valaisan, en se jouant parfois des clichés culturels et identitaires. Le visiteur est constamment balloté entre les moeurs valaisannes (convivialité, tradition vinicole...) et la culture berlinoise (design, mode, vie nocturne...).
À l'ère de la multiplication et du développement massif des moyens de transport tendant à annihiler la distance et le temps qui séparent les lieux, le photographe interroge également la notion de mobilité à travers des univers, des contextes et des atmosphères photographiques distincts. Au fil des pièces, les images s'enchaînent : aux serveuses plantureuses de l'Allemagne rurale succèdent de somptueux paysages helvétiques tandis que le délicat minaret juché sur le toit de la maison Suchard à Neuchâtel contraste avec une vue plongeante sur Las Vegas, un arbre solitaire au pied du Piton des neiges sur l'île de la Réunion ou encore d'énigmatiques architectures sonores situées sur la côte sud de l'Angleterre ... Par ces associations visuelles fécondes, Michel Bonvin joue sur la perte de repères et brouille les pistes : le monde se lit à travers une multitude de points de vue, d'un extrême à l'autre mais toujours avec le même regard, rigoureux et obsessionnel. (...)
Ses photographies constituent ainsi le reflet de notre société profondément plurielle. Elles mettent en tension plusieurs territoires et nous incitent à réfléchir aux différentes pratiques, valeurs, esthétiques et sensibilités. Posant la question du rapport à autrui, du particulier et de l'universel, cette approche métissée nous convie à questionner notre propre construction culturelle, dans notre singularité et notre relation au monde."
Extrait du texte de Julia Hountou, commissaire de l'exposition

Plus d'informations sur le carton d’invitation et en cliquant sur le lien : http://www.lagrenette-sion.ch/expositions/michel-bonvin.xhtml


© Michel Bonvin, Fenster 2 de la série Am Sonntag, Berlin, 07.2012

 Informations pratiques :
Galerie de la Grenette : Tél : +41 (0)27 324 11 78 - +41 (0) 27 324 11 39
Ouverture : mercredi, jeudi, vendredi, samedi et dimanche de 15h à 18h30.
Ouverture supplémentaire le vendredi de 10h à 12h.
Entrée libre.
Accès : La Grenette est située en vieille ville, à la Rue du Grand-Pont (en face de la fontaine). La galerie, située au 1er étage du bâtiment, est accessible par un escalier.


© Michel Bonvin, Aiguille de la Tza, 2008
© Michel Bonvin, Sound Mirror 1, de la série Sound Mirror, UK, 09.2008
© Michel Bonvin, Die Welt. Komplex Leipziger, Berlin, 08.2009